Maigret en meublé – Simenon

Lu en août 2015

L’agent Janvier, de faction devant un immeuble meublé tenu par une grosse (mais jolie) originale (mais sympa), se fait tirer dessus et se retrouve à l’hôpital. Il surveillait l’hôtel pour attraper un vilain garnement qui y habite et qui a commis un petit vol.

Maigret, dont la femme est partie au chevet de sa sœur qu’on doit opérer, s’ennuie ferme et décide de prendre une chambre dans l’hôtel.

(Maintenant, il faut arrêter de lire car je dévoile l’intrigue.)

Maigret, à force de picoler du blanc chez l’Auvergnat d’en face, en vient à conclure que le coup de feu n’est pas lié au vol commis par le garnement. D’ailleurs, il n’a pas fait long avant de retrouver ce dernier planqué sous le lit de la grosse tenancière et de le livrer à la police.

Son attention se porte sur une des fenêtres en face. La dame qui l’occupe est malade et reste au lit toute la journée. Maigret lui rend visite et découvre que cette dame trompe son mari avec un ancien marlou qui, croyant être l’objet de la surveillance de Janvier, lui a tiré dessus. S’ensuit un arrangement à l’amiable, comme souvent avec Maigret qui sympathise volontiers avec les truands, pour sauvegarder l’honneur de la dame malade et coffrer tout le monde entre gentilshommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *